Register | Get offers by email | Topup mobile now | RSS Feeds | Get offers by RSS

Suspension de Schengen : une mesure "disproportionnée" pour le PS

AddThis Social Bookmark Button

Le gouvernement a annoncé hier qu'elle étudiait la possibilité de suspendre les accords de Schengen. Réactions.
La présidence française s'est interrogée vendredi sur la possibilité d'une suspension provisoire de Schengen, estimant que la gouvernance de cet accord était "défaillante" face à l'afflux en Europe de migrants, venus de Tunisie et de Libye notamment via l'Italie. 

Une mesure jugée "disproportionné" par Sandrine Mazetier, la secrétaire nationale à l'immigration du PS. Dans un communiqué, la députée de Paris a estimé que "le rétablissement des frontières internes de l'Union européenne n'(était) pas une solution" et a demandé "une réponse concertée de l'Union européenne". "La suspension de l'application des accords de Schengen, évoquée vendredi par l'Élysée, signifierait concrètement le rétablissement d'une frontière et la fin de la libre circulation des personnes, droit fondamental garanti aux citoyens de l'Union européenne depuis vingt ans", a-t-elle poursuivi.

Pour le PS, cette "proposition" est "disproportionnée" et "révèle une vision à très courte vue". "La coopération européenne a permis l'élaboration progressive d'un espace de liberté, de sécurité et de justice sans frontières intérieures. Ce n'est pas en brisant cette unité que la France apportera une réponse à l'afflux ponctuel des migrants", a ajouté Mme Mazetier pour qui "le gouvernement de Nicolas Sarkozy piétine les valeurs de l'Europe et la dignité des personnes en refusant d'y participer"

Le FN veut une sortie définitive de l'espace Schengen

Au FN, Steeve Briois, le secrétaire général du Front national, a qualifié cette proposition de "supercherie". "Le gouvernement UMP ne sait désormais plus où donner de la tête, tant le ciel gronde et le sol craque sous ses pieds. Après avoir constaté, avec faiblesse, que les révolutions dans les pays arabes n'avaient fait qu'accroître l'immigration illégale, dont il était le premier responsable, le voilà désormais en proie face à un autre vice dont il est pourtant l'instigateur: la libre circulation de ces migrants qui menacent de déferler sur la France, après que l'Italie leur a offert des titres de séjour", écrit M. Briois, dans un communiqué.

Et de dénoncer "la supercherie et l'enfumage médiatique de Nicolas Sarkozy". "Après avoir fait des pieds et des mains pendant des années pour vendre l'Union Européenne aux Français, voilà que l'UMP feint de vouloir faire marche arrière", ajoute le secrétaire général.

Pour ce proche de la présidente du FN Marine Le Pen, "la seule solution viable face à cette submersion migratoire est une sortie de l'espace Shengen permettant de retrouver la maîtrise de nos frontières".

(L'Express)